ELIAS

Taeyang Butler, sorti en 2007

Wig Oueneifs, eyechips Lullaby, eyelashes Claire's, main mécanique (repeinte)

- customisation terminée -

 

Avant

Déballage - Elias

Après

~Falaises dorées ~

 

Prénoms : Elias, Luc

Nom : Erewhon

Anniversaire (et date d'arrivée) : dix décembre (2016)

Âge : 31 ans

Famille : Une petite soeur

Situation amoureuse : Coeur à prendre

Caractère : Calme mais chaleureux, agit toujours comme il l'entend, aime apprendre de nouvelles choses

Particularité : Amoureux de mécanique, il aime créer toutes sortes de petites machines et automates. Il a créé lui-même la prothèse qui remplace sa main droite.

Aime : Aider et soigner les autres, inventer et réaliser des robots, la psychologie

N'aime pas : Qu'on lui donne des ordres ou lui dicte sa conduite, qu'on se moque de ses réalisations

Nourriture préférée : Tout, sauf ce qui est aigre

Boisson préférée : Le café amer

Couleur préférée : tout ce qui est dans les tons dorés/orangé

Devise : "Ce n'est pas trois critiques qui t'arrêteront, si tu as la motivation."

Ses coloc's : Séraphine, Kaito, Kohjirö, Axel, Cadëlhiel

Ses voisins : Flora et Taku

Sa marraine : Beanny Doll

 

Son histoire :

 

     Elias est l'ainé d'une grande famille danoise de médecins et chirurgiens, renommée dans toute l'Europe. Très intelligent, il aimait et aime toujours apprendre, c'était un enfant très studieux, qui aimait prendre soin de son entourage. En grandissant, il s'est passionné de psychologie, et a même failli faire des études spécialisées en la matière. Cependant, il est finalement (en partie à cause de l'influence de ses parents) entré dans la même école que le reste de sa famille avant lui. Le jeune Erewhon ne perdant pas une goutte de son talent, il était pressenti par tous pour devenir chirurgien, et ainsi succéder à son père à la tête de l'hôpital familial.

     En parallèle, Elias passait une grande partie de ses soirées à griffonner dans ses carnets des croquis de petites machines, voir même de petits robots, qui avaient pour finalité de simplifier le quotidien. Le jeune garçon aimait créer plus que tout, plus que toute science ou médecine que l'on aurait pu lui enseigner. C'est ainsi que, des années plus tard, alors âgé de 21 ans et commençant tout juste son travail de médecin, il se lança un pari fou : créer un véritable androïde, qui aurait une intelligence artificielle lui permettant de communiquer avec les hommes.

     Sa famille avait toujours regardé ses inventions d'un mauvais oeil, et ce fut pire encore lorsqu'il annonça son projet de robot humanoïde. Tous l'avertirent : cela ne marcherait jamais, c'était impossible, il ne réussirait pas à faire son travail correctement... Mais Elias avait toujours détesté qu'on lui dicte sa conduite. Il détestait les conventions de la haute société, et détestait encore plus qu'on lui interdise d'agir comme il le voulait. C'est pourquoi il se lança quand même, envers et contre tous. Mais créer quelque chose se rapprochant d'un être humain était bien plus complexe que créer des automates, même avec l'aide d'un assistant.

     Au bout de deux ans, alors qu'il travaillait seul dans son atelier, le jeune homme pensait enfin voir le but du tunnel... mais une fausse manipulation fit exploser le robot en devenir, purement et simplement. Elias avait sa main droite posée sur le bras du robot. Il la perdit. Hurlant de douleur, tenant de sa main restante un moignon sanguinolant, c'est pourtant vers son père qu'il se précipita.

     Le blessé fut donc soigné. Mais pour un futur chirurgien, être manchot était impensable. Sa famille demanda à ce que l'on réalise une greffe.

     Malgré le talent des soigneurs, et la volonté de fer d'Elias, il restait une chose à laquelle personne ne pouvait rien faire : la tentative de greffe se solda par un rejet. L'argent n'était pas ce qu'il manquait chez les Erewhon, alors on réessaya. Une fois, deux fois. Elias souffrit. Une fois, deux fois. Mais malgré tout, cela finissait toujours pareil : le corps du jeune homme rejettait toutes les prothèses.

     La famille Erewhon était profondément déçue de celui qu'il pensait être leur plus grand espoir : sans main, il ne pourrait plus jamais faire quoi que ce soit, et tout était de sa faute. Il se fit bien plus que sermonner. Son père lui annonça clairement "Nous t'avions prévenu, tu n'en as fait qu'à ta tête. Vois ce qu'ont fait tes machines stupides. Tu n'as plus aucun avenir maintenant. Il est hors de question que tu restes ici, à entacher la réputation de notre famille. Va-t'en.". Le jeune homme n'avait jamais été proche de sa famille, mais était tout de même dévasté de se voir ainsi rejeté. Et comme pour le briser encore plus, sa fiancée, qu'il aimait d'un amour sincère, rompit leur engagement en apprenant la nouvelle. Elle ne voulait pas d'un homme mandicapé, qui ne pourrait certainement plus travailler et ne serait alors qu'un poids pour elle.

    Déshérité, abandonné, n'ayant plus famille ni amour, Elias quitta la ville dans laquelle il avait toujours vécu. Débrouillard, il fabriqua des automates permettant de lui simplifier le quotidien, à lui qui n'avait plus de main droite (encore heureux, se disait-il, qu'il ait été gaucher). Il devint médecin à domicile. Mais l'envie de créer cet androïde ne l'avait pas quitté. Il reprit les plans de celui qui avait causé la perte de sa main. Il le refit à l'identique, en prenant cette fois-ci les plus grandes précautions. Il lui fallu deux ans, à nouveau. C'est donc à 25 ans que le jeune homme vissa la dernière vis de sa plus belle création, et l'enclencha. Chachamaru, une androïde à l'apparence de jeune femme, au longs cheveux verts et yeux d'un rose limpide, était née.

     Après ce jour, il vécu paisiblement, Chachamaru étant à la fois son assistante, secrétaire et femme de chambre. Elias éprouvait une affection sans bornes pour ce robot, bien qu'il ne puisse à première vue pas ressentir d'émotions humaines. Au bout de 6 ans, sur un coup de tête, ennuyé d'une vie qui devenait répétitive, l'homme quitta son Danemark natal, et se dirigea vers la France, dont il connaissait la langue. Il avait entendu dire que là-bas, on y trouvait une grande maison, accueillant pour une somme dérisoire toutes sortes de personnes. Pour lui qui avait conservé sa passion pour la psychologie, et qui avait de plus en plus de mal à joindre les deux bouts, cela semblait parfait. C'est ainsi qu'Elias Erewhon, médecin de son état, arriva à la dollhouse.

 

     Connaissant désormais l'existence d'êtres surnaturels tels que les anges et les démons, Elias s'est lancé sur la fabrication d'une nouvelle prothèse sur sa main, et compte sur la magie de Cadëlhiel pour permettre à son corps d'accepter la greffe. (Et vous savez quoi ? Cette fois-ci, ça va marcher)

 

 

elias et chachamaru 2