chinese shadows

 

Bonjour bonjour !

 

Bon, pas de photo d'Halloween pour moi, et pour ainsi dire, pas d'Halloween du tout ! Pendant que tout le monde faisait la fête ou récoltait des bonbons, je faisais un long trajet de 5 heures de bus pour rentrer chez moi ! Car une fois de plus, j'ai passé une partie des vacances avec Mélissa. (Seule fois de l'année scolaire d'ailleurs, étant donné que nous n'avons plus de vacances en commun, exceptées celles de Noël.) Et comme cet été, on a mitraillé le dernier jour, étant donné que nos chères poupées sont restées abandonnées tout le reste du temps !

J'ai commencé à poster certaines des photos prises mardi matin -juuuste avant que je parte- sur Instagram. Et je dois dire que les magnifiques taeyangs de ma chérie ont inspiré ma plume... J'ai écrit pas moins de cinq textes en deux heures !

Mais ici, on est pas chez mémé, on est sur un blog bien rangé ! Donc aujourd'hui, ça sera uniquement les torses tatoués de ces monsieurs, on va pas commencer à tout mélanger !

Mushi prend parfois la parole à la narration, d'ailleurs. Elle n'est pas toujours très tendre, mais en réalité, elle apprécie énormément l'homme dont elle parle. Alors je vous laisse faire connaissance avec sa petite langue de vipère !

 

~What a relief~

À chaque fois qu'elle voyait ce tatouage, une infinie tristesse mêlée à un immense malaise envahissait Mushi. On avait beau lui répéter que c'était fini, que ça allait mieux maintenant, la dépression par laquelle Eichi-Yon était passé lui semblait toujours aussi présente. Il lui semblait qu'un rien aurait pu emporter son mari. Cette phrase lui rappellait à quel point son passé lui échappait, à quel point il avait vécu avant de la rencontrer. Et c'était toujours dans ce genre de moments que leur écart d'âge revenait la frapper de plein fouet, violente gifle sur ses joues constellées de cicatrices, seau d'eau glacée sur sa crinière couleur lavande. Après tout, quand il avait son âge, elle apprenait tout juste à parler. Comment alors, pouvait-elle espérer jamais parvenir à le comprendre, l'aider et l'épauler ? Comment pouvait-elle se montrer à la hauteur d'un tel défi ? En réalité, tout ces questionnements était inutiles. Le géant roux l'aimait telle qu'elle était, il l'aimait plus que tout au monde. Mais tandis que grâce à elle, il reprenait peu à peu pied dans la tempête de sa vie, Mushi sombrait sans s'en rendre compte, noyée par ses incessants tourments.

~Eat cake~~Die young~

Simple zoom sur les tatouages d'Eichi-Yon, juste pour le plaisir !

~What if I'm right ?~

J'ai mis la photo en noir et blanc, et tout de suite, elle ne dégageait plus que beauté, élégance, masculinité et j'en passe. Étonnant comme un filtre dissimule le pathétique de la réalité.
Ryuk avait squatté chez nous, comme d'habitude. À croire que ce clodo n'a pas de maison. Il s'est levé, la tête dans le cul, et le hasard à voulu que j'avais mon appareil avec moi à ce moment-là, il a aussi voulu que notre cher homme n'ait pas mis de t-shirt. J'ai profité de cette belle concordance des événements pour prendre ses tatouages en photo. Ryuk s'en est rendu compte, et vu comme il était dans les vapes, je dois avouer que ça m'a surprise. Il a voulu que j'efface tout, et a essayé de m'arracher mon appareil des mains. Il s'est tout de suite arrêté quand je l'ai menacé de lui faire rembourser plus de trois cents euros s'il le cassait.
En noir et blanc, on voit des muscles et des tatouages. Moi, je vois surtout un gars fatigué, trop vieux mais pourtant trop jeune, fauché, et sûrement défoncé, avec en plus de ça une belle gueule de bois.

~Adulescents~

"Dieux de la mort". Ça sonne bien, dit comme ça. Ça sonne puissant, ça sonne classe. Ça impressionne. Mais franchement, ce "détail" mis à part, on ne voyait que deux adulescents. Plus assez jeunes pour qu'on se contente de hausser les sourcils d'un air faussement exaspéré en critiquant la nouvelle génération (juste pour la forme, il faut bien l'admettre), mais pas assez matures pour avoir une vie propre et bien rangée. Le monde se reflétait dans leurs yeux, sans vraiment y pénétrer. Ils semblaient détachés de tout, comme s'ils n'accordaient aucune importance à la vie dans laquelle ils s'étaient retrouvés. Leurs torses étaient couverts de dessins épars, de phrases, de mots, sans aucun lien de quelque genre que ce soit. Demandez-leurs s'ils se souviennent de quand ils ont fait telle ou telle marque, ils seront bien incapables de vous répondre. Est-ce parce qu'ils étaient trop ivres, ou parce qu'ils ont oublié avec le temps ? Ça dépend. "Un tatouage, c'est une décision pour la vie." Alors là, c'est sûr. C'est pour ça qu'à presque trente ans, Eichi-Yon Yohkina et Ryuk Styx, ont gravée sur la peau la preuve de leur faiblesse. Même dix ans après.

~Dieu décadent~

Le meilleur ami de mon copain est plutôt sympa. Je l'aime bien. Il est grand, lui aussi, très grand. Il parle très lentement, toujours calme, c'est super apaisant. Si seulement ça n'était pas lié à l'odeur dégueulasse de cannabis qui lui colle à la peau... Je me demande si je l'ai déjà vu clean, en fait. Et sur ses bras, des petits points, qui me rappellent les traces laissées sur mes chemisiers quand j'écrasais les araignées rouges qui montaient sur le muret de ma maison. Il y a quelques temps, j'aurais peut-être cru voir des petits boutons, mais rencontrer mon copain, ça a été plonger dans une réalité bien plus dure que je ne l'imaginais. Une réalité où des enfants sont abandonnés par leurs parents, et grandissent trop vite. Une réalité où l'on boit pour oublier plus que pour s'amuser. Une réalité dont ils essayent tous de me préserver, je le vois bien. C'est de cette réalité que vient Ryuk Styx. Et c'est pour ça que, je pense, il me restera toujours innaccessible. Mais je préfère faire l'aveugle, le vanner, rigoler, comme si tout allait bien.

 

Hopéla ! Bon, je suis désolée, tout ça n'est pas très réjouissant dans l'ensemble... Où diable Mushi s'est-elle fourrée ? Enfin rassurez-vous, comme toute pièce a deux faces, les clodos sont aussi des gars très sympa, et la petite est très heureuse avec eux ! Ces gars-là faisaient énormément de conneries quand ils étaient jeunes, mais en vieillissant, ils se sont assagis -un peu-. Et ils font de leur mieux pour que Mushi ne soit pas mêlée à toutes leurs emmerdes o/

Enfin bref, je vous dis à la prochaine, pour d'autres petits textes !

Bisous !